Artiste auteur d'oeuvre graphique et plastique
Maison des Artistes, numéro d'ordre C339224
Essonne



" Trouver l'essence des choses pour donner naissance à l'émotion "




Depuis 1999, Virginie Cadoret explore les possibilités esthétiques et expressives de la peinture en déclinant les techniques et les thèmes.

Son travail aujourd'hui, repose sur la complémentarité des couleurs et la justesse du trait. Ses trois thèmes de prédilection : les fleurs et végétaux, le corps, et l'architecture urbaine, ne sont qu'un prétexte.
Les fleurs et végétaux, prétexe à la couleur, lui permettent d'explorer une palette infinie de camaÏeux composés à chaque fois de complémentaires et de blanc.
L'architecture urbaine, tout au contraire, lui permet d'épurer au maximum le trait, et d'accentuer le côté graphique.
L'étude du corps, travaillé entre autre au travers la filiation, est pour Virginie le sujet qui n'admet pas l'approximation, et qui allie le mieux les différentes qualités de sa technicité.

Par le classicime des thèmes choisis, Virginie souhaite que le public s'introduise plus facilement dans son univers en faisant appel à la mémoire collective. La justesse du trait recherchée, et le graphisme les actualisent, le public retrouvant ainsi des repères culturels, et émotionnels, peut à son tour créer "sa propore bulle".


Formation professionnelle
Photshop, Illustrator, InDesign (Gobelin l'école de l'image).
Les fondamentaux de la maquette (Gobelin l'école de l'image).

Formation
Cours du soir de dessin
Initiation à la technique du couteau avec le peintre ukrainien Roman Garassuta
Histoire de L'art à l'Ecole du Louvre

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à la liste des expositions auxquelles Virginie a participées






Depuis ses débuts, V. Cadoret utilise l'aquarelle qu'elle associe assez librement au paysage. Loin des fondus et des ambiances vaporeuses souvent associés à cette technique, elle en exploite surtout le côté lumineux qu'elle fait apparaître par contraste avec des zones plus denses et intensément colorées.

Le lavis est également pour elle un moyen de travailler la lumière. Utilisé essentiellement pour des portraits et représentations sensuelles et mystérieuses de la femme, le lavis lui permet de rendre le grain de la peau et d'évoquer avec toute leur subtilité les passages de l'ombre et de la lumière, le modelé du corps, la douceur de la peau
La troisième et dernière technique dont elle ne cesse d'expérimenter les effets est la peinture à l'huile qu'elle décline pour plusieurs types de sujet : la femme, les paysages, la mer ou les fleurs.
V. Cadoret associe toujours une matière riche et dense à des compositions qui sont de plus en plus audacieuses, parfois à la limite de l'abstraction : c'est ici un mât de bateau en gros plan qui rend à lui seul, par son cadrage tout le mouvement de la mer; c'est là un diptyque de fleurs exotiques et colorées qui, comme deux éléments en opposition, restituent toute la luxuriance et la richesse de la nature.
Cette recherche autour des diptyques et triptyques d'éléments végétaux est au cœur de ses dernières œuvres. Elle décompose une même plante en associant librement une ou deux compositions de formats différents, l'une concentrée sur un détail de plante, l'autre restituant le végétal dans son ensemble ou dans un cadrage plus large.
Ce jeu de complémentarité et d'opposition se retrouve également dans la dominante colorée des différents éléments qui constituent ces tableaux à plusieurs voix : certaines parties explorent le côté verdoyant du feuillage alors que d'autres, centrées sur les pétales, explosent de couleurs.
V. Cadoret travaille la peinture à l'huile exclusivement au couteau et on remarque pourtant la qualité des passages d'une couleur à l'autre ainsi que la recherche de tonalités rares. Sa palette, étonnante dans les sombres, est souvent relevée et révélée par une toute petite touche de lumière.

Quel que soit le sujet - la femme, la mer, les paysages, les fleurs -, quelle que soit la technique - lavis, aquarelle ou peinture à l'huile - Virgine Cadoret cherche à toujours faire naître le mouvement à l'intérieur du tableau, à lui insuffler une vie qui s'offre ensuite au regard du spectateur.

Anne Sophie Lechevalier





Virginie Cadoret, peintre autodidacte, nous présente une oeuvre liée à son parcours et à sa personnalité. Ce parcours (les diverses activités exercées par elle avant d'en venir à la peinture) n'est pas linéaire, emprunt de rectitude, mais plutôt une exploration et un cheminement qui devaient la conduire au coeur du monde pictural qui est aujourd'hui son domaine de prédilection.

Aussi divers et peut-être même opposés que soient les autres domaines explorés auparavant par Virginie Cadoret, il existe pourtant, dans cette trajectoire à l'apparence incertaine et versatile, quelques constantes liées à la personnalité de cette jeune femme spontanément atypique.

L'association de la sensibilité et de la détermination est sans doute le trait de caractère dominant de cette artiste qui choisit, en outre, de rejeter la facilité dans le traitement de ses sujets.
A ce titre, c'est très certainement dans la représentation des fleurs et du monde végétal qu'elle s'investit le plus, au travers d'une recherche d'équilibre dans l'utilisation des contraires ;

Ses réalisations prennent ici un double aspect :
- Celui d'un dosage subtil et nuancé dans le choix des volumes et des couleurs qui se complètent et se compensent pour donner place et vie à une " florissante harmonie " ;
         - Celui d'un défi et (peut-être) d'une transgression par rapport aux règles établies, lorsque l'artiste offre à ses motifs l'espace ouvert d'un diptyque ou d'un triptyque ;
... ce dernier choix étant d'autant plus satisfaisant pour elle qu'il correspond à la démarche "hors-normes" qui lui est propre.

De fait, au travers de son oeuvre, virginie Cadoret exprime assidûment sa volonté d'affirmer un style affranchi (et sans doute novateur) dont chacun pourra, selon son goût, apprécier la qualité, et reconnaître ainsi son identité pour la moins singulière.

Sylvain Leprince-Ringuet